Inspiration

Les vacances en plein air pour combattre l’addiction aux jeux vidéo

19 décembre 2018
  • 10
    Shares

 

L’addiction aux jeux vidéo est l’un des fléaux du 21ème siècle. Récemment reconnue comme maladie par l’Organisation mondiale de la santé, (en juin 2018, pour être précis) l’addiction aux jeux vidéo devient une addiction maladive au même titre que l’addiction à la cocaïne ou aux jeux d’argent.

Aujourd’hui le trouble du jeu vidéo touche de plus en plus la nouvelle génération exposée dès le plus jeune âge à une multitude de possibilité en matière de jeux vidéo, que ce soit sur console, sur ordinateur, sur tablette ou même sur smartphone. Il arrive qu’une personne joue si souvent qu’elle en délaisse d’autres activités essentielles ou simplement qu’elle aimait et qu’elle aille jusqu’à sauter les repas et passer des nuits blanches.

 

Jouer aux jeux vidéo a du bon …

Toute habitude de jouer aux jeux vidéo n’est pas pathologique, il a même été prouvé, dans de récentes études, que les enfants jouant aux jeux vidéo peuvent acquérir, par le jeu, des habiletés utiles pour les matières scientifiques, telles que la logique, la vitesse de traitement de l’information et les habiletés visuelles et spatiales. Les jeux vidéo peuvent également améliorer les connaissances en histoire et en langues et transmettre une forte motivation et persévérance pouvant se poursuivre hors des jeux vidéo, dans le sport ou à l’école par exemple.

 

… et du moins bon.

Mais jouer aux jeux vidéo a aussi de nombreux inconvénients. Le temps passé devant le jeu est du temps immobile et un enfant a besoin de bouger et de pratiquer une activité physique quotidienne nécessaire à son développement psychomoteur. La luminosité dégagée par l’écran peut également créer des troubles du sommeil et irriter. De plus, certains jeux véhiculent des stéréotypes, notamment à l’égard des femmes et des nationalités, que vos enfants pourraient considérer comme « la réalité ». Enfin, il est important de rappeler que l’anxiété, l’agitation à l’école, les cauchemars fréquents et l’irritabilité peuvent être des signes d’une dépendance aux jeux vidéo et ne sont donc pas à négliger.

 

En vacances c’est la pause technologique !

Mais que le temps de jeu de votre enfant soit élevé ou plus faible, et qu’il soit pathologique ou non, passer des vacances en plein air, sans technologie, ne pourra être que bénéfique à votre enfant.

En vacances, c’est le moment de lâcher prise et de limiter l’utilisation des nouvelles technologies.

En vacances, il n’est pas nécessaire d’avoir en permanence son smartphone dans la poche, ni d’utiliser son ordinateur ou sa tablette et encore moins de jouer à un jeu vidéo.

C’est le moment, pour vos enfants, de faire de nouvelles rencontres et d’expérimenter de nouvelles activités. Si votre enfant ne s’ennuie pas, il ne pensera pas aux jeux vidéo.

Vous pouvez donc lui organiser un stage de théâtre, de football, de natation, en fonction de ses centres d’intérêt, lui proposer un départ en colonie de vacances où il se fera ses meilleurs souvenirs d’enfance, ou encore l’emmener avec vous, en village vacances, où il pourra profiter des clubs enfants et où vous pourrez profiter de lui, sans jeux vidéo.

L’essentiel est que votre enfant puisse profiter de la vrai vie et ne plus s’user les yeux et s’énerver inutilement devant une vie virtuelle, au moins pendant ses quelques jours de vacances.

 

Les jeux vidéo ont donc du bon et du moins bon. Mais comme beaucoup de choses, ils ne sont bons qu’à petites doses !

 

Et si vous souhaitez partir quelques jours en villages vacances, n’hésitez pas à consulter notre site internet.

Bonnes vacances à tous !


  • 10
    Shares

Commentaire (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *